24 avril 2020

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Ottawa (Ontario) – Aujourd’hui, Pierre Paul-Hus, ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable de la Sécurité publique, de la Sécurité frontalière et de la Protection civile ainsi que Leona Alleslev, chef adjointe et ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable des Affaires étrangères, ont demandé au ministre de la Sécurité publique de renforcer la capacité du Canada à lutter contre la cybercriminalité et à protéger les Canadiens, les institutions fédérales et les infrastructures essentielles, incluant les hôpitaux et les laboratoires de recherche médicale, des vagues grandissantes de cyberattaques, tant de la part d’organisations criminelles que d’auteurs de menaces cybernétiques plus sophistiquées.

Deux attaques cybernétiques contre des installations de recherche médicale ont été récemment signalées au Canada. Ces attaques relèvent une tendance générale et inquiétante dans le monde selon laquelle les hôpitaux, les laboratoires de recherche médicale et d’autres infrastructures essentielles, telles que les aéroports et les organismes gouvernementaux, ont été la cible de menaces cybernétiques sophistiquées cherchant à tirer parti de la pandémie de COVID-19.

« Des organisations telles que le ministère de la Sécurité intérieure des États-Unis et le Centre national de cybersécurité du Royaume-Uni (CNCS) ont alerté les institutions gouvernementales, y compris les centres de recherche médicale et les réseaux hospitaliers, de la vague croissante d’attaques cybernétiques. En mars, la branche du Centre canadien de la Sécurité cybernétique (CCCS) du Centre de la sécurité des télécommunications a émis une alerte concernant les menaces cybernétiques pour les organismes de santé canadiens. J’appelle le gouvernement canadien à tenir compte des avertissements de nos professionnels du renseignement et à renforcer les mesures protégeant nos institutions fédérales, y compris nos établissements de santé, contre l’espionnage et les attaques cybernétiques. Les Canadiens doivent savoir qu’ils sont en sécurité et que les infrastructures essentielles sont protégées, » a dit le député Paul-Hus.

Les conservateurs demandent également au ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile d’augmenter le soutien et les ressources afin de maximiser la capacité du Centre antifraude du Canada (CAFC) qui recueille des informations sur la fraude et le vol d’identité. Le CAFC a publié un bulletin d’alerte concernant une augmentation des escroqueries par messages textes et courriels. Malheureusement, le CAFC, qui est géré conjointement par la Gendarmerie royale du Canada, le Bureau de la concurrence du Canada et la Police provinciale de l’Ontario, fonctionne actuellement à capacité réduite.

« Nous nous attendons à ce que le ministre rende des comptes aux Canadiens et qu’il leur fournisse une mise à jour sur cette question dès que possible. Toute attaque contre nos infrastructures essentielles, y compris celles qui sont parrainées par des États, constitue une menace grave pour les Canadiens, et notre pays a besoin de mettre en place les contre-mesures nécessaires afin de réagir de façon immédiate, » a ajouté la députée Alleslev.

-30-